Un mari répudie la mère de ses huit filles

L’Avenir 04.05.2006

Elle s’appelle Bineta, mère de huit filles. Cette dernière vient d’être répudiée par son époux étant donné qu’elle n’a pas pu lui donner l’enfant rare. Or le sexe de l’enfant dépend de l’homme, dit-on Kinshasa ,

Mama Bineta est une belle femme. Epousée très jeune, elle a pu donner à son mari 8 enfants, mais, toutes des filles. Plusieurs fois l’homme avait blâmé son épouse. Pour lui, la femme était incapable de faire ce que pourtant d’autres faisaient volontiers. Aimer ? Oui, peut-on dire. Il aimait sa femme. Mais à la longue il finit par se lasser. Ils ont tout essayé, comme trucs, astuces ou même des racines que leur recommandait quelque âme dite de bonne volonté. Ainsi dans son exaspération, le mari s’était mis comme on dit à essayer ailleurs.
Il s’était fait quelques relations avec d’autres femmes. De fidèle qu’il était, il avait acquis les habitudes des amants infidèles. Volages à souhait tel un coq qui picote juste pour voir ce que c’est. Enfin, appelez cela « union à essai » si vous voulez. Entre-temps il n’osait pas se défaire de sa première femme qui lui avait déjà donné 4 enfants. Et comme on s’habitue à certaines choses, l’homme s’y fit. Sa femme, même si elle soupçonnait que son mari la trompait, elle n’était que désarmée devant une situation de fatalité.
Elle ne se savait pas malade pourtant. Pour preuve d’autres grossesses suivirent jusqu’à 8 enfants ! De garçon toujours pas de trace. Ayant transféré depuis belle lurette ses sentiments à une autre femme qui parait-il, faisait des exploits pour garder le mari pour elle seule, l’homme décida de divorcer de sa première femme qui lui a donné ses huit filles. Toutes sont vivantes, certaines même épousées. Aussi vient-il régulièrement rendre visite aux deux jeunes filles qui vivent encore avec leur mère. Quelles sont ses intentions sécrètes ? Espère-t-il qu’un jour le sentiment revenant ils vont donner naissance à l’enfant rare ?
De l’autre côté de la vitre si l’on veut, monsieur n’a pas pu malheureusement avoir d’enfant. Drôle de nature. Gêné, nous comprenons que l’homme n’ose pas se séparer de sa 2ème femme. Ca ne pourrait qu’être ridicule. Alors il faut sauver la face. Il continue à faire comme qui dirait « je viens seulement voir les gosses ». Le divorce était-il nécessaire ?
Le sexe de l’enfant dépend de l’homme, dit-on. Si l’on considère la qualité des spermatozoïdes qu’il amène aux oeufs de sa femme. S’ils sont faibles ils ne seront jamais des garçons. Ainsi la nature en a-t-il déterminé le sexe. L’échographie peut nous en informer mais pas influencer un quelconque changement selon les désirs. Même des aliments ne peuvent pas modifier grand chose. A moins d’être malade et de se soigner effectivement. Il faut donc que le couple consulte un médecin spécialisé pour gérer à temps ce problème de sexualité.
Sinon tout est à Dieu. Demandez, il vous donnera en temps favorable. Rien ne lui est impossible, prêchent les pasteurs.
(Yes)

Bolenge Ngbanzo |