Un chat crevé pourrit l’ambiance

Courrier international 24/02/2005

A la télévision camerounaise, le climat est délétère. La prise de fonction du nouveau PDG, Ahmadou Vamoulké, a débuté sous les pires auspices. Un chat est mort en pleine cérémonie d’intronisation. Tombé du 11e étage, bing ! juste devant l’ascenseur privé du nouveau responsable. “Sorcellerie”, titre en une Le Messager, l’un des deux principaux quotidiens privés du Cameroun. C’est que ce chat n’est pas un vulgaire matou, mais un totem, qui confère à son détenteur des pouvoirs surnaturels. Tout le problème est de savoir qui, de l’impétrant ou de son prédécesseur, déboulonné au terme de seize ans de pouvoir sans partage, a laissé l’animal “mourir au front” dans un combat magique. Traditionnellement, l’animal totémique est l’apanage des chefs coutumiers et des guérisseurs, mais de plus en plus d’hommes politiques se dotent d’un animal protecteur – boa, guépard, lion – moyennant espèces sonnantes ou sacrifices. Que le chat tigré ait appartenu à Mendo Zé ou à son successeur, une chose est sûre : la tâche sera rude. Il faudra en finir avec une culture d’entreprise “où l’épanouissement des amazones” obéit à “des promotions canapé”, et avec tous les “ismes” qui ont entaché la gestion de la CRTV : favoritisme, clientélisme, tribalisme et… occultisme, note Le Messager.