Pour préserver la paix à son foyer, un homme prend la décision de droguer au valium sa mère

L'Avenir 09/06/2006

Un fils a drogué au moyen des cachets de valium, sa propre mère. L’histoire s’est passée dans la commune mère de kinshasa. La source renseigne que cette mère âgée est venue à Kinshasa pour des soins médicaux payés par son fils qui lui a donné aussi le gîte. Ce monsieur est marié à une femme originaire d’une autre tribu que la sienne. Aussitôt s’est installé un climat de mésintinlligence entre la belle-mère et sa bru à cause de cette différence ethnique. Cette rivalité s’est aggravée, du fait d’une incompatibilité d’humeur, la belle-fille ayant manifesté son aversion à vivre avec une personne aussi âgée que sa belle-mère. Comme quoi la coquetterie peut être à l’origine de beaucoup de maux dans les foyers familiaux à Kinshasa principalement. Au début pourtant, les choses semblaient marcher normalement ; M. quittait sa maison à 7heure pour ne rentrer que le soir. Pendant la journée, la femme s’occupait d’elle de la malade. Il semble que la vieille femme faisait preuve d’une jalousie incroyable pour son fils, ne supportant pas que son fils passe des moments d’intimité avec sa femme. Selon la source qui fait la relation de ce méli-mélo familial, la femme a fait preuve de beaucoup de retenue avant de s’ouvrir à son mari des agissements perturbateurs de sa mère. En l’occurrence, cette dernière ne demandait pas moins que un second mariage pour son bien-aimé de fils avec une femme de sa tribu cette fois. Ulceré par cette demande incongrue de sa mère, le fils est allé dans une pharmacie acheter des somnifères de type valium afin de faire taire sa mère par le sommeil chaque jour au moment du repas. Pour lui, il s’agissait de préserver la paix mentale de son épouse en particulier, et celle de la maison tout entière, en général. Cette solution qui a des répercussions sur la santé de la vieille femme a été interpréter par les voisins du couple de diverse manières ; les uns y voyaient une tentative de se débarrasser de la vieille à petit feu pour gagner en retour une paix précaire et égoïste avec sa femme ; d’autres encore trouvaient que M ; a bien fait. D’autres enfin disent que le fils ferait mieux de faire retourner sa vieille mère au village plutôt que de la torturer comme cela pour faire plaisir à l’épouse qui elle aussi, est pour beaucoup dans le pourrissement de la situation à cause de sa hargne initiale vis à vis de sa belle-mère. C’est une histoire instructive à plusieurs égards..
Lydie Ngalula