Porto-Novo :Affrontements entre militaires et vendeurs de "kpayo"

Le Matinal 04/10/2006

De violents affrontements ont éclaté hier mardi 3 octobre 2006 à Porto-Novo entre les forces de l’ordre et les vendeurs de l’essence de la contrebande communément appelée « Kpayo ». La saisie de plusieurs bidons d’essence de 50 litres au niveau du Palais des Glaces à Akonaboé, (5eme arrondissement de la ville) est à l’origine de cet incident qui n’a pas enregistré de victime.
Mardi 3 octobre 2006, il sonnait 11 heures 35 minutes. Les forces de l’ordre en patrouille de routine, font un arrêt brusque au niveau du Palais des Glaces, quartier Akonaboé situé dans le 5eme arrondissement de Porto-Novo. Des conducteurs de taxi motos habitués à ces manœuvres des agents de sécurité ne se sont pas fait prier pour démarrer en trombe. Un élément de l’équipe de patrouille traverse la voie et fait mine d’arrêter les voitures qui passent. Il s’en suit un embouteillage qui n’a pas duré. C’est à ce moment que des tricycles vespas transportant de l’essence frelatée commencent à pointer le bout du nez. Mais à peine ont-ils remarqué la présence des forces de l’ordre sur les lieux, que certains ont pu échapper au coup de filet de la police. Malheureusement, un groupe de vendeurs qui n’a pas cru devoir fuir est tombé dans les mailles des agents de sécurité. En l’espace de 30 minutes, les policiers ont saisi plus d’une dizaine de bidons de 50 litres. La marchandise a été au fur et à mesure convoyée vers une destination inconnue du grand public. Dans la foulée, des trafiquants de charbon de bois qui pensaient passer inaperçus, ont été arrêtés et leurs biens saisis dans les mêmes conditions. Les transporteurs de l’essence "kpayo" ont supplié pendant un temps les policiers sans avoir gain de cause. A toutes leurs interventions, les forces de l’ordre très furieuses ont opposé une fin de non recevoir. Pour autant elles les invitent à se présenter à leur base. Mais la situation va mal tourner quand les forces de l’ordre saisissent les biens d’un autre groupe de trafiquants. Irrité l’un d’entre eux s’est opposé à la saisie de la marchandise et a failli en venir aux mains avec les hommes en uniforme. Quand il a été maîtrisé, il s’est étalé de tout son long devant le véhicule pick-up des policiers. Un autre dopé par le courage du premier, est venu s’agripper au volant de la voiture qu’il refuse de lâcher. Ce dernier a été violemment écarté et jeté de l’autre côté de la voie. Pendant ce temps, un autre agent s’est occupé du trafiquant couché à même le sol qu’il a projeté de la même manière que l’autre qui s’était agrippé au volant. La scène a mis en colère les autres trafiquants. Ils sont venus à la rescousse de leurs collègues. Les forces de l’ordre étaient dépassées par l’ampleur des évènements. Non seulement les transporteurs de charbon sont entrés dans la danse mais aussi quelques riverains se sont rangés du côté des vendeurs de "Kpayo". La partie a pris fin par un sauve-qui-peut des policiers. Quand les rebelles tentaient de retirer l’arme à feu à un policier, un autre agent dégaine son pistolet et pointe sur un des trafiquants. C’est alors qu’ils prennent tous peur. Le chauffeur des policiers est monté à bord et a démarré en trombe quand les autres, arme au point ont sauté dans le véhicule.

Jean-Christophe Houngbo (Br/Ouémé Plateau