Port des perles à la taille : parure ou nécessité

Fraternité 28/12/2006

Les perles représentent pour la majorité des femmes un objet de séduction malgré les multiples aléas qui tendent à leur faire perdre tout leur sens d’attraction. Elles sont aujourd’hui encore pour nombre de femmes un moyen par-dessus tout pour amener leur conjoint au paroxysme de la fougue sentimentale.

Les Perles constituent un objet d’hommage aux femmes africaines, qu’elles soient de l’ancienne ou de la nouvelle génération. Elles qui, témoignent de leur savoir-faire artistique et leur contribution à leur famille et à leur communauté. Grâce notamment à leurs efforts, les cultures ancestrales de l’Afrique demeurent bien vivantes. Le port des perles autour de la hanche est un geste esthétique que posent nombre de femmes africaines. Certaines, pour séduire leurs hommes et d’autres pour se tailler une silhouette de sirène. D’abord, on est passé des perles en plastique à des perles en métal qui s’apparentent à des chaînes. Mais tout ceci n’a vraiment pas changé l’identité des perles qui révèlent l’originalité de la femme africaine.

Lorsqu’on se rend sur le marché des perles, on a l’embarras de choix ; tellement la gamme est fournie. Il y en a de toutes les matières et de différents motifs. C’est le cas de ces perles luminescentes qui donnent l’impression de s’allumer quand elles sont dans un endroit obscur. Pour certaines femmes comme cette commerçante rencontrée au marché Dantokpa, " C’est un geste de beauté qui se transmet de mère en fille ". Certaines jeunes filles ont aussi cette passion pour le port des perles. Les hommes aussi ne sont pas indifférents à cette parure. Pendant que certains trouvent que cela est dépassé, une grande majorité pense que c’est un signe d’authenticité de la femme noire. Malheureusement, l’usage qu’en font certaines filles aujourd’hui laisse à désirer. Le phénomène n’est pas encore répandu mais il commence par prendre racine. A chacun d’apprécier ce phénomène naissant pourvu que, les perles conservent leur originalité.

Les femmes doivent-elles porter de perles ?

Constituant un joyau pour la femme africaine, les perles représentent le caractère culturel et cultuel qu’a l’Afrique et tout ce que la femme noire a de sacré. Longtemps, les perles ont servi à d’autres fonctions telles que la santé des grandes personnes, le soulagement des maux de reins et autres courbatures liées l’âge. Communément appelé ’’Djè’’ en fon, ’’Djonou’’ en mina, les perles n’ont jamais cessé de jouer leur rôle en Afrique. Elles permettent à la femme de se tailler une forme, ce qui fait ressortir la fonction endogène des perles. Mais aussi, les perles jouent un rôle séducteur. Autre-fois, ce sont les perles qui accompagnaient nos grands-mères dans leur nuit de séduction. Aujourd’hui, la femme doit pouvoir revaloriser le port des perles surtout dans notre pays, où les jeunes sont désintéressées ou dumoins, les quelques-unes unes qui s’y intéressent les portent malheureusement très mal. Car, ce qui est décrié à Cotonou, c’est le fait de voir des jeunes dont les perles qui sont sacrées et doivent être cachées sous les vêtements deviennent des objets qu’on expose. Alors, le tout ne suffit pas de porter des perles ; mais l’essentiel est de bien les porter pour leur donner leur juste valeur.

A. Loli (Télé conseillère)
’’Les perles à la taille atteignent davantage les hommes’ ’

Les perles, c’est ce que l’Afrique a de plus beau. Elles révèlent les valeurs africaines, c’est à dire son patrimoine ; la beauté noire en un mot ; c’est la femme africaine qui se pare de ses plus beaux vêtements et à tout ceci ajoute ses plus belles perles. Pour certaines, cela peut constituer une forme de séduction (surtout quand elles sont à la taille) et pour d’autres une parure. Pour ma part, elles me servent de parure. Je les mets uniquement au cou et au poignet. Cependant, il est souvent dit que quand elles sont à la taille, elles atteignent davantage les hommes. Pourquoi ne pas essayer !

Aminatou Sar (Journaliste chargée du projet Média à Plan Bénin)
" ...Les hommes délirent sur les perles "

Traditionnellement, les perles avaient une vertu curative. Autrefois, les femmes s’en servaient pour guérir les maux de reins. Ainsi, elles les entouraient à la hanche, ce qui calmait ces maux. Quelque temps après, elles ont servi de ceinture pour les petits pagnes qui tel le sous-vêtement de la femme sénégalaise quand elle a envie de mettre un boubou. En fait, ces pagnes sont des tissus communément appelés ’’Bétcho’’ en dentelles, en broderies, avec un peu de trou partout, avec des dessins pornographiques très jolis que la femme sénégalaise met sous son boubou. Ainsi, pour maintenir ce pagne qu’est le ’’Bétcho’’, ces femmes se servaient des perles de toutes sortes, sous forme de ceinture.

Dès le bas âge, on met des perles autour de la hanche de la petite fille pour faire sortir la rondeur, au cou pour avoir un cou un peu plus long.

Ainsi au Sénégal, qui parle de perles et en même temps de l’encens. L’encens sert tout simplement à parfumer les perles car pour ces femmes, il faut aussi des odeurs de diverses sortes pour séduire son mari. Ceci étant, la perle a quitté une fonction curative pour une autre fonctionnelle et enfin devenir un objet.

Je ne sais pas pourquoi les hommes délirent sur les perles

Longtemps, les perles sont gardées dans les chambres. Aujourd’hui, les choses ont changé. L’exposition a beaucoup diminué le caractère érotique de la chose car entre temps, la femme ne peut montrer ses perles qu’à son mari. Les choses ont vraiment changé. La mode à Dakar a fait qu’aujourd’hui, que nous avons des strings et des soutiens-gorge faits avec de perles. Appelées ’’Djèli Djèli’’ ou ’’fèr’’ les perles ont aux yeux de la femme sénégalaise une grande valeur.

Il faudra faire une différence entre les filles de la ville et celles accrochées à la tradition. Car celles de la ville désacralisent les vertus de la perle. C’est peut être la valorisation de la femme. Aujourd’hui, c’est la mode que les femmes, même sur leur maillot à la plage, portent des perles avec les nouveautés de pantalon qui laissent les perles et le string au vu et au su de tout le monde. Des fois, on trouve des filles qui sont jolies avec leurs perles. Mais ce qui ne va pas, c’est plutôt la vulgarité. Car ces filles portent souvent des tenues françaises et malgré cela elles portent toujours des perles sur ces habits.

Mon souhait est que les perles retournent dans les chambres car en les exposant, elles perdent tout leur pouvoir érotique.

Dah Aligbonon (guérisseur traditionnel, chef de culte)
’’La femme qui porte des perles est a priori protégée par les ancêtres’

Le port des perles a commencé d’abord par les tourteaux de noix de palme que les femmes alignaient le long d’un fil et l’entouraient à la taille pour se faire désirer et aimer.

Après cela, on est arrivé aux perles que l’on appelle ’’Bébé’’ vendues par les nordistes (les femmes du Nord). La femme qui porte des perles doit pouvoir plaire à son mari. La femme ne peut être à l’état nature c’est-à-dire nue sans rien avoir autour de la hanche. Les perles ne sont pas qu’une simple parure comme le pensent bon nombre de femmes. Elles ont d’autres vertus comme la protection ancestrale et des dieux de la tradition. En fait, la femme qui porte des perles est a priori protégée par les ancêtres et quel que soit ce dont elle souffrira et même si c’était un envoûtement, elle sera très vite récupérable, contrairement à celle-là qui n’en met pas du tout. En plus, c’est un atout pour une femme de porter des perles puisqu’elle aura un plus si son mari adore les femmes. Elles pourraient être la meilleure puisque qu’il faut tout pour séduire son mari.

Ginette Adjovi (Administratrice générale de Mtz production)
’’Les perles représentent un chapelet que l’homme égraine à un moment précis’’

Les perles ont une grande importance parce qu’elles ne sont pas des objets de la civilisation. Les perles existaient depuis la société traditionnelle et nos parents s’en servaient. En effet, il y a eu d’abord des perles que l’on appelle ’’bébé’’ que les femmes autre fois portaient à la hanche. Ceci permet de dessiner la taille de la femme et de lui donner une certaine forme. Ce n’est pas seulement au Bénin que cela se passe. Au Sénégal, les femmes les portent au cou, surtout les filles. En fait, les perles permettent de marquer la différence entre les deux sexes. C’est un peu avec ces habitudes que nous avons grandi. Vous vous imaginez une femme africaine nue, sans quelques rangées de perles à la taille ? Certains en réclament beaucoup aux femmes. Si les femmes veulent être franches, elles vous diront le nombre de fois qu’un homme leur réclame des tours de perles à la hanche. Aujourd’hui, les perles, il y en a de toutes les sortes, de toutes les couleurs et de tous les goûts ; il suffit de bien les agencer. Avec la civilisation, l’émancipation et le brassage des peuples, le montage et l’agencement des perles ont connu une certaine amélioration. Je crois que les jeunes filles, à un certain moment, craignent le port des perles qui sont montées avec des fils en coton qui se cassent à tout moment et on trouve souvent ces jolies perles s’éparpiller à terre, ce qui les ridiculise. Pour cela, elles préfèrent remplacer les perles par des chaînettes ou des perles en or ou autre matière. De nos jours, cette crainte ne doit plus habiter leur esprit, car les techniques de montage qui nous viennent du Sénégal voisin ont beaucoup d’effets sur les hommes, surtout quand les femmes se trouvent dans une situation de concurrence ou dans un foyer polygame.

Les hommes aiment bien voir les femmes avec des perles, seulement qu’ils sont hypocrites

Plus d’un disent que les perles représentent un chapelet que l’homme égraine à un moment précis. Le problème est que les hommes ne savent pas faire des éloges aux femmes. On peut aussi les comprendre dans une certaine mesure où entre temps, les perles faisaient partir des accessoires intimes de la femme. Aujourd’hui, les perles sont mises sur des pantalons à taille basse. C’est un problème de génération. Seulement que personnellement, ça me fait un petit choc parce que j’ai de la pudeur.

Je ne peux que demander à toutes les filles de porter des perles, de développer cette tradition, qu’elle perdure dans notre société car elles véhiculent des messages.

Publié le 28 décembre 2006 par Hortense LOKOSSOU