Le Matinal : Faits divers

Dans la commune de Bohicon : Le tonnerre fait deux morts

Par Le Matinal 02/05/2006

Les habitants de l’arrondissement de Soglogon dans la commune de Bohicon ont assisté le jeudi 27 avril 2006 à une scène inhabituelle. En effet, le tonnerre qui a grondé ce jour-là aux environs de 17h23mn a tué Pamphile Bachirou et son ami Adolphe devant la morgue « Alpha Oméga » près de la station de la Ceb.

Selon des témoignages recueillis sur les lieux du drame, le grondement du tonnerre qui s’est fait entendre avec un bruit assourdissant a également foudroyé une troisième personne qui, heureusement, n’est pas morte. Cette dernière s’est retrouvée quelques instants plus tard. Après le passage de la foudre, Pamphile Bachirou dont le corps faisait encore des mouvements n’a pu être sauvé. L’arrivée du médecin légiste n’a fait que confirmer le décès des deux personnes. Les corps des victimes sont restés sur les lieux du drame jusqu’au lendemain soir avant d’être déplacés par les adeptes du fétiche « Hêbiosso » pour le reste des rituels consacrés à une telle situation. Sur les lieux du drame, les commentaires vont bon train. Pendant que certains parlent d’un complot, d’autres estiment que les victimes seraient en train de préparer un mauvais coup que Dieu a déjoué en les punissant.

Zéphirin Toasségnitché (BR Zou/Collines)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Drame à Parakou :Un menuisier retrouvé pendu dans son atelier

Par Le Matinal 15/03/2006

Antoine Dawara Fataou, âgé de 34 ans et menuisier de son Etat a été retrouvé mort, pendu dans son atelier au quartier « Mon petit père » à Parakou. C’était le lundi 13 mars 2006, aux environs de 08 heures.

Selon les témoignages de son tuteur, M. Kombiéni retraité de la Sonapra, Antoine Dawara Fataou serait venu très tôt vers 06 heures ce lundi matin chercher la clé de l’atelier auprès de son apprenti qui habite non loin de là. Il aurait dit à ce dernier qu’il était venu retirer un objet qu’il voulait emporter à Kpassa, un village situé à quelques kilomètres de Parakou. 2 heures après, soit autour de 8 heures, celui-ci reverra son patron cette fois-ci inerte. Il était retrouvé debout pendu avec le rideau de sa chambre sur le charpentier du magasin de stockage de son atelier. Aussitôt informées, les forces de l’ordre ont envahi le lieu pour le constat du drame. Un examen a été fait par le médecin-chef du centre communal de santé de Parakou, le docteur Jodi Hada. A en croire l’entourage du défunt, il n’avait d’antécédent avec qui que ce soit. L’entourage n’est pas non plus informé d’une quelconque affaire à la laquelle il serait mêlé au point de prendre une décision aussi lâche. C’est dire donc qu’il va dans l’au-delà avec les motivations réelles qui l’on amené au suicide. Originaire de la commune de Cobly dans le département de l’Atacora, Antoine D. Fataou est père de deux enfants.

Adékounlé Adéola (Collaborateur bureau Borgou/ Alibori)