Mozambique : La tradition contre les maisons modernes

25 janv. 2008

Selon l'hebdomadaire mozambicain O País, "les habitants des régions inondables du Mozambique refusent d'être relogés dans des maisons en dur. Pour justifier leur refus, ils invoquent le nécessaire respect des traditions. Dans certaines régions du Mozambique, rapporte O País, "quand l'époux décède, la tradition impose la destruction de la maison et l'abattage des animaux domestiques. Ensuite, la veuve est obligée de retourner vivre chez ses parents."

Toujours selon ces traditions, "si c'est l'épouse qui décède en premier, son conjoint doit alors déménager dans une nouvelle maison, avec les enfants et tous leurs biens. Pourquoi donc investir dans une maison plus solide ?"

Ces traditions ont des conséquences graves dans la région centrale du Mozambique, régulièrement frappée par des inondations. Les autorités locales estiment que plus de 9 000 familles vivent dans des centres d'accueil depuis l'année 2000 : elles veulent à tout prix suivre leurs coutumes ancestrales, et se refusent à habiter des maisons modernes. "Dans la région de Chupanga-Sofala", rapporte O País, "seules 30 des 2 000 familles ayant tout perdu lors des récentes inondations ont accepté de vivre dans de nouvelles maisons en dur."