Les fantômes du président

Courrier international 17 Mars 2005

Bingu wa Mutharika, le président du Malawi, a quitté son palais de 300 pièces. Motif : les lieux sont hantés. L’édifice – voulu par l’ancien président, Kamuzu Banda – a nécessité vingt ans de travaux et coûté 83 millions d’euros aux contribuables. Le dictateur y avait vécu trois mois. Le palais fut ensuite occupé par le Parlement. Mutharika l’en a expulsé pour s’y installer, indique The Independent. Mal lui en a pris. Aujourd’hui, des esprits malins rôdent dans la demeure présidentielle. Mutharika, catholique, a demandé au clergé de prier pour l’exorciser. “Aucune stratégie infernale n’aura de prise sur le président car nous avons demandé l’intervention divine pour opposer le sang du Christ à toute menée malfaisante”, a déclaré à Associated Press le révérend Malani Mtonga, conseiller aux affaires religieuses. Bingu wa Mutharika, économiste réputé, a fait une bonne partie de sa carrière à l’étranger, notamment à la Banque mondiale. Il est à la tête d’un pays de 12 millions d’habitants, avec un revenu par tête de 126 euros par an. Le Parlement du Malawi ne s’est pas réuni depuis septembre dernier, faute d’un siège ad hoc.